Notre pays, la Mauritanie s'achemine vers un rendez-vous électoral d'une importance capitale pour notre avenir commun.

Conscients de cet état de fait, nous, Mouvement Ganbaanaxu regroupé au sein du Collectif des Associations de Lutte Contre l’Esclavage en Milieu Soninké, prenons cette occasion cruciale afin de présenter solennellement notre engagement pacifique pour la restauration de toute la   DIGNITÉ HUMAINE, conformément aux préceptes de notre sainte religion l’Islam,  aujourd'hui ouvertement  bafouée  par des tenants d’un régime féodalo-esclavagiste érigé en mode de vie qui sévit dans nos différentes communautés, notamment chez les Soninko. Nous le disons sans ambages aujourd'hui en ce 21ème siècle, l'esclavagisme social par ascendance fait partie du tissu sociétal soninké. Par la stratification sociale basée sur les castes, la composante sociale dite ESCLAVE statutaire est la plus lésée de la communauté. Face aux ségrégations tenaces et aux discriminations humiliantes, les personnes dites d'ascendance ESCLAVE  et leurs sympathisants JUSTES parmi les autres communautés engagées  pour des réformes sociétales nécessaires, sont déterminées et motivées pour l'émergence d'une véritable conscience républicaine et humaniste.

 

Depuis la création du mouvement « GANBANAAXUN FEDDÉ » natif, initialement, de Mauritanie, mais devenu transnational voire transcontinental de part l’aura qu’il a eu à travers le monde, mouvement qui a emboîté le pas à ses aînés « Abolitionnistes  de l’Esclavage et ses Séquelles », notamment les mouvements « hratines »,  Les Soninko (pluriel de Soninké)  dans leur grande majorité ont horreur et ne veulent pas entendre parler du phénomène de l’esclavage dans leurs localités. La question a été érigée en une sorte de tabou autour duquel s’est formé un consensus latent. Dans la société soninké, les classes dominantes et certaines couches qui leur sont inféodées se sont mis d’accord pour clamer sur tous les toits qu’en milieu Soninké l’esclavage qui avait par le passé existé, comme d’ailleurs chez les autres communautés, a complètement disparu et que le phénomène a totalement été éradiqué en pratique et qu’il n’en demeure que des « restes » à travers quelques symboles marginaux. Mais ces « restes » constituées de codes de valorisations ou de « dévalorisations », c’est selon et autres symboles pudiquement désignées de séquelles,  sont encore pires que la pratique réelle de l’esclavage par endroits à travers les zones infectées par le phénomène car elles expriment une certaine nostalgie d’un passé peu glorieux au sein de ces zones hautement stratifiées, ségrégationnistes et discriminatoires.

 

 

Dans l'une de mes contributions passées, j'avais avancé que l'élément “Politique” n'est pas étranger au tissu organisationnel d'un certain monde soninké. Tout en distinguant 2 univers, l'un s'articule autour d'une gestion féodale et coutumière très rigide en interne et l'autre est fait d'une passerelle clientéliste contrôlée par un monnayage communautariste dans l'arène politique nationale. Ainsi depuis toujours ce schéma est tenu efficacement par “une élite” très au fait des rouages de la “CHOSE publique” dans le pays.

 

Cette élite appelée improprement “nos cadres”, est régulièrement indexée et même vilipendée, parce qu'elle ne ferait pas grand chose pour le peuple du Guidimagha, comprendre ici le peuple soninké du Guidimagha à en déduire du discours tenu par ceux qui dénoncent. En cette année 2019 où une présidentielle cruciale s'annonce en juin , la légendaire structure clientéliste convaincue toujours qu'en Mauritanie, la règle tacite est; Une Communauté = Un Vote, semble subir une certaine pression partisane inédite venue de sa base populaire. En effet, aujourd'hui dans le giron soninké Guidimaghanké affilié historique aux différents régimes en Mauritanie, la communautarisation politicienne auprès du candidat désigné par l’Etat profond (composé par l'élite militaire, des hommes d'affaires et des relais communautaro-religieux), trébuche.