À l'occasion de la journée nationale contre l'esclavage et ses séquelles en Mauritanie organisée ce 6 Mars 2018 à Selibabi, la capitale régionale du Guidimagha, le fond de discours de certains intervenants mérite un recadrage circonstancié. Censée être un événement citoyen de sensibilisation sur l'arsenal pénal relatif aux pratiques de l'esclavage et ses séquelles, contenu dans la loi 2015-031, la journée a pris le parfum d’un rendez-vous politique qui plane. Nous, ARMEPES-France (Association des ressortissants mauritaniens pour l'éradication des pratiques de l'esclavage et ses séquelles) ayant pris part officiellement auprès de nos partenaires locaux du mouvement GANBANAAXU FEDDE* (AMEES ET UVDS) dans cet événement historique, tenons à clarifier certains points énoncés nous concernant particulièrement.

Nous avons été surpris d'entendre le conseiller à la présidence issu de la communauté soninkée, Mr Sidney SOKHONA dire dans son allocution qu'il avait été dépêché en France sur ordre du président mauritanien courant novembre 2017  afin de s'intéresser aux débats houleux  au sein de la diaspora soninké. Et qu'il s'était entretenu avec notre président Gaye TRAORÉ à ce propos. Effectivement cette rencontre a eu lieu mais dans un cadre strictement officieux à notre sens, car Mr Sokhna s'était manifesté comme une personnalité soninké et non comme étant en mission officielle venant de notre président , son excellence Mohamed Ould Abdelaziz. En toute logique, une note de doléances avait été adressée

 officieusement à ce dernier par l'entremise de notre doyen Sidney SOKHONA. Par ailleurs , notre engagement pacifique ne s'inscrit pas dans une logique de camp face à un imaginaire adversaire. Nous sommes organisés en citoyens avertis pour demander la prééminence de l'ordre étatique moderne sur une certaine gestion féodale et discriminatoire de « la chose publique » dans nos communautés. Nous ne comptons déloger qui que ce soit d’une quelconque place mais nous voulons faire prévaloir nos DROITS LÉGITIMES assurés par la constitution de notre pays. En effet sur la question de l'imamat et de la chefferie coutumière dans nos localités, nous contestons toutes les velléités hégémoniques et dominatrices par les structures coutumières qui ne garantissent que des privilèges partisans et exclusifs au profit des clans minoritaires. Ainsi notre crédo dans ce sens est le suivant : TOUS ÉGAUX EN DROITS ET EN DIGNITÉ à l'échelle nationale comme dans le cadre intracommunautaire.

Par la suite, cet événement du 6 mars 2018 aurait dû être un moment historique pour l'expression claire et nette de l'ordre CITOYEN qui ne peut être négociable face aux résistances d’un ancien ordre féodalo-esclavagiste qui sévit dans nos communautés. Ainsi la loi 2015-031 aurait dû être amplement expliquée fermement en langues nationales (soninké en particulier) face aux participants. Nous regrettons certaines interventions périphériques qui ont failli détourner le but principal de cette journée nationale contre l'esclavage et ses séquelles. Aujourd'hui les turbulences sociétales dans la communauté soninkée sont les conséquences directes du refus par une composante sociale  de l'ancien ordre féodalo-esclavagiste muté en ordre ségrégationniste dans la gestion des affaires publiques.

C’est ainsi notre brève lecture de clarification sur cet événement dont  les conclusions et les recommandations sont attendues de la part de nos partenaires ayant pris part de près aux côtés des officiels étatiques et autres (commissariat aux droits de l'homme, Mairies, ONG et d'autres institutions civiles).

*Mouvement pacifique pour l'égalité en DROITS et en DIGNITÉ au sein des communautés soninkées.

Le 11 Mars 2018

La CECOM ARMEPES-France , partenaire  dans la mouvance GANBANAAXU FEDDE

Commentaires

0 #1 Diakhité Khalilou 11-03-2018 13:06
Personne ne peut nous détourner de notre objectif qui est clair et net, à savoir la lutte contre l'esclavage et ses séquelles.

Comments are now closed for this entry