Notre pays, la Mauritanie s'achemine vers un rendez-vous électoral d'une importance capitale pour notre avenir commun.

Conscients de cet état de fait, nous, Mouvement Ganbaanaxu regroupé au sein du Collectif des Associations de Lutte Contre l’Esclavage en Milieu Soninké, prenons cette occasion cruciale afin de présenter solennellement notre engagement pacifique pour la restauration de toute la   DIGNITÉ HUMAINE, conformément aux préceptes de notre sainte religion l’Islam,  aujourd'hui ouvertement  bafouée  par des tenants d’un régime féodalo-esclavagiste érigé en mode de vie qui sévit dans nos différentes communautés, notamment chez les Soninko. Nous le disons sans ambages aujourd'hui en ce 21ème siècle, l'esclavagisme social par ascendance fait partie du tissu sociétal soninké. Par la stratification sociale basée sur les castes, la composante sociale dite ESCLAVE statutaire est la plus lésée de la communauté. Face aux ségrégations tenaces et aux discriminations humiliantes, les personnes dites d'ascendance ESCLAVE  et leurs sympathisants JUSTES parmi les autres communautés engagées  pour des réformes sociétales nécessaires, sont déterminées et motivées pour l'émergence d'une véritable conscience républicaine et humaniste.

 

 Depuis bientôt 4 ans suite à notre engagement d'éveil citoyen et humaniste pour l'égalité en Droits et en DIGNITÉ, nos membres ont subi diverses persécutions (expropriations d’héritage, mise en quarantaine sociale, injures publiques et apologistes de l'esclavage, accusations mensongères et fallacieuses et d'autres traitements humiliants) de la part des réactionnaires tenant de l’ordre féodal dans la communauté. Ce qui est absurde c’est que cette campagne est savamment orchestrée par des réseaux d’intellectuels féodaux issus de la Diaspora alors qu’ils se présentent comme des défenseurs de droits humains.

Ainsi nos principales demandes citoyennes à l'endroit de vous, candidats à la magistrature suprême, sont articulées autour de :

 

La proclamation et la réaffirmation de l'égalité intrinsèque entre toutes les citoyennes et tous les citoyens dans notre pays,

 

La prise en compte des préjudices causés par l'ordre féodalo-esclavagiste à travers une politique de «promotion spéciale» au niveau national  des cadres issus de la  communauté des Soninko marginalisés.

 

 

La primauté de l'Etat de droit à l'échelle étatique sur les régimes coutumiers source de discriminations et de ségrégations, particulièrement la question d’accès  des communautés à vocation rurale à la propriété foncière,

 

L'application stricte des dispositions contenues dans les lois nationales suivantes : la LOI 2015- 031 contre les pratiques de l'esclavage et ses séquelles et la LOI 2018 - 023 portant sur les DISCRIMINATIONS.

 

La prise en compte des communautés marginalisées  des villages Soninkés dans les activités des programmes nationaux de développement, notamment l’Agence Tadamoun et le Commissariat aux Droits de l’Homme

 

Nouakchott, 21 Mai 2019

Pour le Mouvement  Ganbaanau

Le Collectif des Associations de Lutte Contre l’Esclavage en Milieu Soninké

 

Contact : Cissé  Ibrahima Diallo

Tel /Whattsapp : +222 48725978/+33 695 17 09 38

Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir