Lettre ouverte au Ministère de la justice, à la CNDH et à l'AMDH sur la situation des Droits humains au Guidimagha !

Note sur une situation scandaleuse en milieux soninkés de la région.

Dans la communauté soninké, le vernis d'une communauté paisible et solidaire est une légende longtemps entretenue à l'intérieur pour une consommation extérieure. Cette légende tenait surtout à la docilité sociale et culturelle de la composante sociale castée esclave. Aujourd'hui l'éveil citoyen et humaniste qui traverse le peuple mauritanien dans son ensemble, trouve des résistances tenaces dans la communauté soninké du Guidimagha particulièrement.

Les tenants d'un certain ordre coutumier structuré par la féodalité et l'esclavage par ascendance, s'affirment ouvertement comme détenteurs de sur-Droits au détriment des autres membres de la communauté. Et avec une certaine complicité des autorités publiques à commencer par les Maires issus généralement de leur rang social et parental. Au niveau de la Justice régionale à Selibaby, les litiges liés aux séquelles esclavagistes (Foncier, Gestion des affaires villageoises, bagarres de provocations, cérémonies d'apologie d'esclavage et autres) se suivent et se ressemblent quasiment avec les mêmes issues décisionnelles injustes et complaisantes.

 

Les milieux féodalo-esclavagistes et leurs relais complices introduits dans les rouages étatiques depuis Nouakchot se rassurent en communiquant avec zèle et défi en relayant que leurs coutumes quoique discriminatoires et ségrégationnistes valent beaucoup plus que l'ordre régalien de l'Etat Mauritanien. Quelques cas d'exemple, dans le village de Hamdallaye connu Hamagué, en juin 2019 un homme issu de milieux féodaux avait tiré à balles réelles sur 2 jeunes garçons issus de familles castées esclaves, l'affaire portée à la Justice n'avait jamais été prise au sérieux. Quelques jours après le tireur sans faire un seul jour d'emprisonnement, était rentré au village tranquillement. Aujourd'hui quasiment une année après, lors d'une bagarre entre jeunes gens de groupes sociaux, un jeune issu du clan féodal a été blessé, et une fois à Selibaby, la Justice a écroué systématiquement les 2 personnes issues de descendants d'esclaves.

 

À Bouanze, récemment autour de l'affaire de la mosquée dans le quartier à l'écrasante majorité habité par la composante sociale castée esclave, l'altercation provoquée par l'imam coutumier et ses proches féodaux avec l'appui du Maire, la Justice de Selibaby encore une fois s'est contentée du tissu de mensonges et de manipulations versé par les féodaux. Et une fois encore, un jeune homme issu de la communauté qui s'est libérée du joug coutumier de l'esclavage par ascendance, a été mis derrière les barreaux injustement. Cet emprisonnement semble être un élément tacite de soutien d'une Justice partisane qui appuie les chantages de milieux féodalo-esclavagistes de Bouanze.
Voir ci-joint un document proposé par les féodaux comme base d'un arrangement amiable. Le contenu de ce papier qui reflète leurs intentions suprémacistes dans les affaires publiques du village. Un véritable code féodal et esclavagiste qu'ils comptent promouvoir à visage découvert aujourd'hui au 21ème siècle dans une République.

 

Ce sont des gens qui se croient inatteignables et vivent dans des principautés-îlots dans la Mauritanie, souvent leurs communiqués sortis au nom de tounka lenmou kofo (fils de princes), démontrent leur état de pourriture intellectuelle et psychologique en total déphasage avec nos réalités de 2020. Nous sommes en possession des listes de cotisants financiers de la diaspora qui sont commanditaires d'actes de corruption et d'activités agressives contre ceux qui refusent l'esclavagisme coutumier dans les villages.

 

C'est ainsi une infime partie de ce que vivent les descendants d'esclaves en milieux soninkés du Guidimagha. Dans toutes les localités villageoises, ce sont les mêmes pratiques et mentalités affreuses socialement que les féodaux essaient de camoufler par les mensonges et la corruption auprès des autorités surtout au niveau d'une justice complice. Au Guidimagha, les couches sociales les plus lésées socialement demeurent ces familles castées esclaves statutaires chez les soninkés. Ces personnes vivent cet esclavage statutaire aussi abject que les pratiques d'un temps lointain, aujourd'hui symbolisé par le ladalenmaxu fourre-tout qui discrimine et relègue certains comme des sous - hommes ne méritant aucune position d'honneur dans la société.

 

Cet énième cri d'alarme s'inscrit dans notre démarche pacifique pour l'instauration d'une égalité citoyenne et sociale dans notre communauté selon les principes fondamentaux de notre constitution.

À monsieur le Ministre de la Justice, nous vous signalons que dans la région du Guidimagha, au tribunal de Sélibaby, la Justice a cessé d'être ce recours du Droit entre les citoyens. Du moins tout ce qui concerne les problématiques liées aux séquelles esclavagistes, le fond est évacué méthodiquement avec complicité et complaisance envers certains cercles influents au détriment d'autres considérés comme indésirables. L'un des engagements proclamés dans le programme présidentiel de son excellence Monsieur le président Mohamed Ould Al-Ghazouani, sur les inégalités sociales, n'a pas eu encore d'écho conséquent dans la communauté soninké du Guidimagha.

 

Aux responsables de la CNDH, de l'AMDH et d'autres organismes publics et non-gouvernementaux impliqués dans la défense des Droits humains en Mauritanie, nous réaffirmons qu'au Guidimagha au sein du corps sociétal soninké y sévissent toujours des mentalités féodales et esclavagistes d'une manière criante. L'occasion ici pour nous de rappeler la caravane menée par le président de la CNDH, maître Bouhoubeïni en fin d'année 2019 au Guidimagha. Lors cette tournée, votre réunion publique tenue à Selibaby avait été étrangement évitée ou boycottée par les tenants du régime féodalo-esclavagiste soninké. Pourtant ce jour ils étaient mobilisés en partant de plusieurs villages mais une fois arrivés à Selibaby sachant la présence des abolitionnistes soninkés, ils se sont ravisés en évitant la rencontre publique dédiée aux doléances de citoyens. Ainsi la CNDH a été saisie par courriers et plaintes envoyés ou déposés dans vos services à plusieurs reprises, mais toujours cette problématique des violations de droits humains avec les agissements féodaux reste d'actualité. Ce 28 août 2020, une délégation des députés de la Vallée était de passage à Selibaby, nous avons exposé la situation brièvement, tout n'espérant pas grand chose de leur part connaissant les positions ambiguës et complices pour certains d'entre eux.

 

Dans notre pays, l'arsenal juridique contre l'esclavage et ses séquelles et portant les discriminations, fait référence à travers le monde mais l'application des lois ne suit pas sérieusement. Il suffit d'une application effective des : loi 031 - 2015 et 023 - 2018, pour contenir et stopper les velléités dominatrices et ségrégationnistes de l'ordre féodalo-esclavagiste dans la communauté soninké. Mais hélas, le compte n'y est pas dans le Guidimagha où certains représentants de l'autorité administrative ou judiciaire participent à des manœuvres d'intimidations contre les antiesclavagistes et les descendants d'esclaves afin que le système se perpétue.

 

Nous sommes déterminés plus que jamais, ni les procès iniques ni les emprisonnements fantaisistes ni aucune intimidation ne pourront contrer notre engagement pour recouvrer notre dignité socialement et nos droits fondamentaux de citoyens.

Selibaby, 1 septembre 2020

LA COMMUNAUTÉ GANBANAAXU FEDDE ET PARTENAIRES.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir