L'esclavage, questions d'actualité dans une certaine Afrique Noire : cette noblesse nocive à abolir impérativement pour avancer en CIVILISATION !

Hier 10 mai 2021 correspond en France à la journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et leur abolition. Une date mémorielle instituée à la suite de la loi Taubira qui visait en 2001, la reconnaissance de la traite et l'esclavage comme un crime contre l'humanité. Madame Taubira, femme politique originaire de la Guyane française fut rapporteuse à l'Assemblée de cette loi. Une avancée conséquente à souligner sur cette problématique d'esclavage faisant partie de zones d'ombres de l'histoire de France. Et cette réparation mémorielle dans l'hexagone touche certainement les milieux afro et afro-descendants à travers le monde francophone et au-delà. Pourtant une autre Afrique Noire intellectuelle maintient un tabou sur les réalités historiques et actuelles des implications liées à l'esclavage en interne entre Noirs. Dans le Numéro 878 du Magazine Historia sous le Dossier-Une bien fourni "Les vérités sur l'esclavage" , on peut y lire certains passages grandement illustratifs de ce tabou africain ; "... C'est en 2001 que l'historien sénégalais Ibrahima Thioub fit scandale, au Congrès international des historiens africains, à Bamako, en évoquant l'esclavage dans les sociétés sénégalaises. Il se fit presque écharper par ses collègues, dont certains sont issus de familles princières ayant pratiqué autrefois l'esclavage" , "... Pourquoi ce déni ? Parce que l'esclave, en Afrique comme ailleurs, est un personnage sans qualité, sans famille, sans honneur, méprisable." .

Ces termes sonnent horriblement avec une actualité brûlante dans certaines zones ouest-africaines sur ces traces sociales de l'esclavage intra-muros. Il y a à peine une semaine au Mali, lire https://maliactu.net/mali-lesclavage-par-ascendance-au-mali-la-cndh-tire-la-sonnette-dalarme-sur-la-situation-dans-le-village-de-bagamabougou-cercle-de-diema/ , la CNDH a communiqué sur la situation critique des personnes ayant refusé leur statut d'esclave dans un village. Plusieurs personnes (femmes, enfants et hommes) ont été expulsées par les milieux esclavagistes et elles ont trouvé refuge à Bamako. Pour rappel dans la nuit du 1 septembre 2020 dans le village Soninké de Djandjoumé au Mali, 4 hommes militants anti-esclavagistes (âgés de 42 à 72 ans) avaient été lynchés à mort et jetés dans les cours d'eau, parce qu'ils refusaient leur statut d'esclave, à lire ce communiqué des experts onusiens https://www.ohchr.org/FR/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=26219&LangID=F.

 

Depuis bientôt 5 ans, avec l'éveil abolitionniste dans les communautés Soninké en Afrique de l'ouest et dans les diasporas, les réflexes féodalo-esclavagistes tapis dans le fond sociétal ont surgi avec une violence inouïe contre les descendants d'esclaves qui osent manifester leur entière humanité. Une noblesse nocive faite de complexe suprémaciste et d'esprit féodalo-esclavagiste, est entretenue socialement, idéologiquement et religieusement pour sévir par différents procédés fallacieux face aux militants abolitionnistes. La particularité obscène de cette noblesse coutumière, c'est qu'elle n'imagine pas une vie communautaire sans classe statutaire d'esclaves. Aujourd'hui partout en pays soninké, en Mauritanie, au Mali, au Sénégal et en Gambie, les tenants de cette noblesse soutenus par des complicités au sein des services étatiques modernes, mènent une guerilla multiforme (Harcèlements judiciaires, violences morales et physiques, expropriations, expulsions, mise en quarantaine sociale...)  pour maintenir le schéma sociétal où l'esclave reste un élément social d'éternel subalterne. Selon la psychologie sociale de certains féodaux soninké, une noblesse sans possession sociale d'assignés esclaves, serait douteuse et peu valorisante. Encarté anti-esclavagiste, on peut subir les haines, les fourberies sarcastiques, les bouderies calomnieuses et d'autres remontrances venant d'un villageois austère au fond du terroir sahélien mais également d'un Docteur en X ou Y perché à Paris ou à Banjul. Les descendants d'esclavagistes occidentaux ont pu s'inventer une norme légale communautaire appelée la Citoyenneté à la place de leur noblesse suprémaciste d'antan, ceux de nôtres sont encore dans une phase variant entre une schizophrénie intellectuelle et sociale et une bipolarité existentielle. On peut saluer Madame Taubira ici en France et haïr l'abolitionniste là bas qui refuse le statut d'esclave dans ta propre communauté. Le cas soninké est loin d'être isolé en Afrique sahélienne, généralement dans les sociétés où la hiérarchisation sociale agit, on peut y trouver une norme d'esclavage statutaire qui sévit en "douce".

Par Kudou SOUMARE

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir