Guidimakha le 11 juin 2021

-A son Excellence le premier ministre Mohamed Ould Bilal;

-Son excellence le ministre de l’intérieur, Mohamed Salem Ould Merzoug;

- Le commissaire aux droits de l’homme et à l’action humanitaire;

-Le président de la commission nationale des droits de l’homme (C.N.D.H),

 

Objet : Plainte contre le préfet du département de Ghabou Guidimakha.

 

Très chers responsables de l’administration territoriale et des droits de l’homme;

Je m’appelle Mohamed Jiddou, Coordinateur régional d’IRA- section Guidimakha.

Par cette présente, je vous informe que hier 10 juin 2021, le préfet (Hakem) du département de Ghabou, M. Mohamed Lemine Ould Khadre nous a traités de tous les mots sales d’impolitesse caractérisée dans son bureau. J’étais accompagné d’un compatriote Soninké, ressortissant du village de Coumbandao, répondant au nom de DIARRA Saje Fodie un cultivateur. Je l’ai accompagné dans ses démarches puisque ne sachant ni lire, ni écrire dans sa demande d’autorisation d’exploitation d’une terre agricole qu’il cultive depuis plusieurs générations selon le décret no 2010-080 du 31 mars 2010. Cette demande devrait commencer dans le bureau du préfet pour remonter sa hiérarchie administrative. Le préfet refusa catégoriquement de prendre en charge la demande sans raison.

Lorsque je me suis présenté comme coordinateur d’IRA qui a fait 65 km, rien que pour assister un compatriote dans ses démarches administratives, le préfet tape une crise, une colère profonde indescriptible l’enveloppe en rétorquant qu’il ne travaille pas avec IRA, comme si notre ONG lui a soumis une pareille demande en aparté. Ainsi, il n’a pas hésité à piétiner la loi suprême de notre pays qui garantit à chaque citoyen d’adhérer dans le : parti, syndicat ou association qu’il voudra. Nous avons compris qu’il a des clients féodaux esclavagistes dans la région, politico-associatifs, des élus locaux avec lesquels, il s’associé pour exproprier des terres appartenant à ceux qui refusent l’esclavage coutumier par ascendance dans le milieu Soininké en toute illégalité.

 

Nous demandons votre intervention rapide pour stopper les abus de pouvoir qu’exercent : gouverneur, préfet et forces de l’ordre sur les populations pauvres dans la région du Guidimakha, des abus qui portent atteinte à la cohésion sociale et à l’unité nationale depuis plusieurs décennies.

Dans l’attente d’actions concrètes de votre part, chers Messieurs, veuillez recevoir nos salutations distinguées.

Mohamed Jiddou, Coordinateur IRA- Guidimakha

 

………………………………………………………………………………………………………..

 

Nouadhibou le 12/06/2021

Soutien à la plainte du Coordinateur régional d'IRA section Guidimakha .

La coordination régionale de IRA/RAG de Nouadhibou soutient sans réserve la plainte du Coordinateur regional d'IRA section Guidimakha Mohamed Jiddou contre le préfet (hakem) du département de Ghabou, le nommé Mohamed Lemine ould khadre pour son comportement zélé et ses positions administratives arbitraires et indignes d'une autorité qui était sensée officier au profit des laissés-pour-compte et non à leur détriment. Fort malheureux, la plupart de nos administrations décentralisées abusent de leur statut de fonctionnaire pour intimider et arnaquer une frange parmi nos populations propriétaires terriens d'ascendance servile afin de les déposséder de leurs lopins cultivables qui constituent par ailleurs leur seule source de subsistance au profit d'une classe esclavagiste, féodale ancestrale.

 

En dépit de ce constat amer la coordination IRA/RAG Interpelle les hautes autorités administratives , le Commissariat aux Droits de l'Homme et à l'Action Humanitaire, la C.N.D.H ( Commission Nationale de Défense des Droits de l'Homme, l'ensemble des Organisations des défenses de droits de l'Homme, la Société civile à constater ces abus et dysfonctionnements exercés sur des propriétaires terriens vulnérables d'ascendance servile qui n'ont comme seule source de subsistance que ces lopins jadis cultivés par leurs ascendants des décennies durant , et de se dresser comme un rampart face au tort autant perpétré par cette classe féodale, esclavagiste usant de la tenure des terres comme mode opératoire que par une administration décentralisée complice , corrompue et insouciante du bien-être de ces misérables.

La coordination IRA/RAG de Nouadhibou.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir