Imprimer
Catégorie : Articles
Affichages : 700

 

La future élection présidentielle promet une grande surprise dans les intentions de vote.  La candidature du militant abolitionniste, M. Biram Dah Abeid arrive largement en tête devant celle du candidat non officiellement déclaré de l’homme du parti au pouvoir, le général de division Mohamed Ould Cheikh Mohamed Ahmed Ould El Ghazouani, actuel ministre de la défense.

 

Si la prochaine élection présidentielle se passe dans des conditions  transparentes, les pronostics ne laissent aucune chance au candidat officieux soutenu par Mohamed Ould Abdel Aziz et le parti au pouvoir, l’électorat semble vouloir tourner la page des régimes militaires en Mauritanie. Ces régimes militaires se contentent d’assurer le rôle d’agent de   sécurité dans le sahel en faveur des gouvernements occidentaux en opprimant les populations au nom d’une lutte contre « le terrorisme ».

 

Il est à signaler que la traque, l’harcèlement non stop de militants abolitionnistes et des droits humains par le régime n’a pas été du goût de l’opinion nationale et internationale. La situation humanitaire est désastreuse, les lois sont loin d’être appliquées, malgré les immenses ressources minières et halieutiques, les mauritaniens sont en proie d’une pauvreté extrême.  De plus en plus, des voix s’élèvent pour réclamer une couverture sociale élargie à l’égard de tous les citoyens alors que seuls les fonctionnaires de l’état et leurs proches  bénéficient  actuellement d’une protection sociale.  Mohamed Ould Abdel Aziz président  des « pauvres » n’était qu’un slogan sordide d'une campagne électorale grotesque  de l’UPR.

 

Sur 2015 voix exprimées, Biram Dah Abeid candidat déclaré de l’opposition  récolte  198 voix, soit 92 ,1% alors que Ould El Ghazouani candidat officieux du regime obtient 17 voix, soit 7,9% d’opinion favorable. Voila qui présage une large victoire de l’opposition Mauritanienne si l’élection se passe dans la transparence.   Il semblerait que le régime et UPR le parti état sont hostiles  sur l’idée d’une supervision d’observateurs internationaux de l’élection présidentielle en juin 2019.

 

Le résultat du sondage reste consultable en ligne sur le site : http://guidumakha.com/