Mode opératoire

 

  1. La capture

Mohamed Brahim, né en 1981 à El Mina - quartier de la capitale Nouakchott - a été arrêté le 11 juin 2018, à 23h environ, au domicile d’une connaissance, par 5 agents en civil, dont l’un vêtu d’une gandoura ; les assaillants l'ont violemment molesté en public, le plus costaud d’entre eux, l’ayant ceinturé au dos, tandis que les autres le rouaient de coups. Déshabillé à l’exception d’un slip, le jeune hurlait de douleur et protestait de sa bonne moralité. Plusieurs personnes assistaient à la scène ; après l’avoir ramolli, les tortionnaires rhabillent le susdit et l'accompagnent chez son hébergeur. Ensuite, ils le conduisent au Commissariat spécial  communément appelé « commissariat anti-drogue ». L’intervention se déroule dans le bidonville insalubre de Kebet Elmarbat.

 

La famille d'accueil témoigne, devant notre caméra que deux hommes en civil sont entrés dans la demeure, entre 23h et 00h ; sans saluer, ils ont commencé la perquisition du logis, de fond en comble. Le père de la famille Kardidi, logeur du présumé délinquant, demandait, à voix haute, « pour quelles raisons fouillez-vous chez nous, sans nous expliquer pourquoi ? » L'un des agents répond, à l’épouse Vatimetou, « maman, pardonne-nous » et poursuit sa tâche. Les autres policiers se rapprochent et Mohamed Ould Brahim,  à présent habillé, sans menottes au milieu des quatre, rassure : « ne vous inquiétez pas, ce sont mes amis ». Las de chercher en vain, les fouilleurs rapportent,  à leur chef, « nous n'avons rien trouvé ». Les six hommes s'éloignent aussitôt, cernant leur prise, qu'ils prennent le soin d’entraver, mains derrière le dos, juste avant de le jeter dans leur véhicule.

Le bureau exécutif de IRA -MALI est profondément préoccupé par l'acharnement des autorités Mauritaniennes  sur les leaders de IRA MAURITANIE..

Depuis le7 août 2018 le Président de IRA MAURITANIE  BIRAM DA ABEID est arrêté et emprisonné par les services aux ordres du Président mauritanien.  Accusé d'avoir harcelé un agent de la presse, le maintien du camarade BIRAM DA ABEID avait pour

objectif de:

1-freiner la campagne de sensibilisation  sur les violations des droits  des  noirs de Mauritanie;

2- Barrer la route de l'Assemblée Nationale à BIRAM DA ABEID candidat du parti SAWAB.

Malgré toutes les manœuvres orchestrées par le pouvoir, BIRAM DA ABEID est élu Député dès le premier tour.

Nous estimons que l'élection de notre camarade est une preuve de son innocence et de la  volonté  du peuple mauritanien d'accorder sa confiance à Biram le héro de la lutte contre l'esclavage en Mauritanie.

 

Le bureau exécutif d’IRA MALI EXPRIME SON INDIGNATION face à l'arrogance et l'arbitraire érigés comme moyen de répression contre ceux qui luttent pour leurs droits.

Nous interpellons les gouvernements du monde et celui du Mali en particulier afin qu'ils œuvrent pour la libération immédiate  des leaders de IRA Mauritanie.

 

Le bureau de IRA MALI entreprendra dans les jours à venir toutes les actions que le droit lui confère pour soutenir la lutte de nos frères de Mauritanie contre la tyrannie du pouvoir de Mohamed Ould Abdel Aziz.

Née en octobre 2008, pour combler le vide de la résistance contre les racismes et esclavages domestiques et d'État en Mauritanie, IRA s'est vue imposée une guerre impitoyable d'éradication. Interdiction, agressions, incarcérations, diabolisations, excommunications des dirigeants et membres de l'ONG. 

Malgré la focalisation de l'arsenal répressif de l'État contre IRA pendant une décennie, le recrutement mafieux et l'achat de membres dirigeants, IRA s'est bel et bien développée et élargie en Mauritanie et à l'extérieur du pays.

De surcroît, en cette fin de présidence légale du dictateur Mohamed Ould Abdel Aziz, IRA, à travers son influence positive sur le citoyen mauritanien et l'impact de son émanation politique, le Rag, sur les rapports politiques, se révèle encore une fois, l'ennemi à abattre du dictateur, dans sa tentative de se maintenir au pouvoir de manière directe ou indirecte. 

Pour ce faire, le procédé brutal et infâme a consisté à emprisonner le président Biram Dah Abeid à la veille et pendant la dernière compétition électorale et delà de son élection comme député représentant du peuple.

Selon les plans que déroule le putschiste récidiviste pour reproduire et prolonger son emprise politique sur le pays, il faut neutraliser, le temps de cette "transition",l'opposition sociale, populaire et droits-de-l'hommiste, qui est la faction la plus combattive et déterminée.

Donc sortir d'abord le leader Biram Dah Abeid du champ de l'action, en utilisant l'appareil judiciaire inféodé, ensuite utiliser un surplus de violence policière répressive pour réduire au silence et à l'inertie les populations militantes engagées dans IRA et espérant la fin de l'esclavage, du racisme et l'avènement de la vraie démocratie à travers le départ du pouvoir de Mohamed Ould Abdel Aziz. 

مبادرة إنبعـــاث الحــــركة الانعتـــــــاقية

INITIATIVE DE RESURGENCE DU MOUVEMENT ABOLITIONNISTE EN MAURITANIE

IRA – Mauritanie

 

Après les 3 marches pacifiques successives organisées par IRA – Mauritanie les 18/19/20 février 2018 contre la montée insupportable des prix et la faillite de la monnaie nationale, les autorités policières ont convoqué le président Biram Dah Abeid (dans la nuit du 20 au 21 février 2018) et l’ont menacé de sévir contre sa personne et contre IRA – Mauritanie si les manifestations se poursuivent. Aujourd'hui encore, après la marche pacifique organisée ce 08/10/2018 devant l’Assemblée nationale pour exiger la libération du président Biram Dah Abeid et qui a été violemment réprimée et dont les images des militantes et militants, ensanglantés, ont émus le monde entier, c’est le coordonnateur de l’organisation monsieur Elhaj Elid qui a été convoqué au commissariat 3 de Riyadh (quartier périphérique de Nouakchott,  la capitale).

 

 Le commissaire ….  lui a signifié qu’il est porteur d’un message des hautes autorités du pays qu’ils veulent transmettre à travers lui à IRA – Mauritanie et leur dire que les manifestations ne sont pas autorisées et que toute manifestation organisée par IRA sera réprimée dans le sang et que même les regroupements des gens de IRA, à l’intérieur de leurs maisons, sont interdits et seront sévèrement sanctionnées. 

 

Nous interdire de manifester pacifiquement pour exiger la libération de notre leader injustement incarcéré, est un acte hors-la-loi et anticonstitutionnel, s’est exclamé Elhaj Elid. Avant d’ajouter que les menaces, le harcèlement, la répression, les arrestations, la prison ne nous ébranleront point et aucune manifestation ne sera annulée car on ne fait qu’exercer nos droits garantis par la constitution.

INITIATIVE DE RESURGENCE DU MOUVEMENT ABOLITIONNISTE EN MAURITANIE

 

IRA Mauritanie en Belgique ASBL

N° d’enregistrement 0.652.641.140

COMMUNIQUE

Ils réclament la présence de leur député élu à l’ouverture de l’Assemblée nationale

Les militants de l’IRA à Nouakchott face à une répression sanglante de la police

Biram Dah Abeid toujours détenu

 

Ce 8 octobre avait lieu à Nouakchott l’ouverture de la première session de l’Assemblée nationale suite aux élections législatives du 1er septembre dernier.

 

Des militants de l’IRA Mauritanie sont venus protester contre la poursuite de la détention de leur Président, Biram Dah Abeid, alors qu’il a recueilli les suffrages nécessaires pour être élu député.

 

En effet, depuis le 7 août, le Président du mouvement de l’IRA croupit en prison sur base de poursuites fallacieuses suite à la plainte d’un pseudo journaliste pour insulte.

 

Les unités de la police sont intervenues pour disperser violemment et réprimer dans le sang le rassemblement et on dénombre de nombreux blessés parmi lesquels Leila Ahmed, l’épouse de Biram Dah Abeid.