MD, un avocat d'ethnie soninké présenté historiquement comme défenseur des droits humains et encarté opposant sérieux aux différents régimes en Mauritanie, avait fait une sortie médiatique "scandaleuse" au cours d'une émission TV qui plaît beaucoup aujourd'hui aux esprits excités et réactionnaires issus de milieux féodaux. Pourtant on pourrait assimiler la substance d'une partie de ses propos aux dires xénophobes d'un adepte campagnard d'extrême droite en occident. Sur les problématiques liées aux pratiques féodaloesclavagistes dans la communauté soninkée, il s'est permis des largesses troublantes. Selon notre homme de "Droit", chez les soninké à propos de l'esclavage , il n'y reste que d'infimes vestiges. Encore le fameux diagnostic gymnastique bien connu en la manière consistant à minimiser son esclavagisme intracommunautaire par effet comparatif  

de celui des autres, avait été savamment utilisé. Et pour lui, avocat avisé, ceux qui se plaignent de leurs patronymes "esclaves" , peuvent aller les changer chez le Cadi tout simplement avec 2 témoins.

Étrange non... ? Comme solution de la part d'un homme noir africain de son niveau d'instruction dans cette Mauritanie que nous connaissons. Sur la question des  chefferies coutumières, l'homme formé dans le Droit positif j'ose croire, s'est montré tranchant dans sa logique particulièrement inquiétante venant de lui.

Pour lui ceux qui sont discriminés de la chefferie coutumière dans la communauté villageoise parce que leurs ascendants esclaves (par différents moyens) seraient venus en trouvant les sites villageois établis, ne peuvent espérer d'être chef doyen du jour au lendemain pour les gens. Le summum, il rajoute que ceux qui veulent une chefferie d'un village , le territoire mauritanien est vaste, et qu'ils aillent fonder leurs propres villages. Notre oncle Maître  s'est habillé vraiment en féodal soninké averti sur ce point. Et si un avocat dit engagé comme lui selon le palmarès qu'on lui prête, raisonne en DROITS et DEVOIRS, il ne doit pas ignorer que la composante sociale dite esclave statutaire dans les communautés soninkées, émane d'un ordre inique et indigne humainement qui niait le statut d'Homme à plusieurs milliers de personnes. Il aurait dû indexer en Homme Juste, cette histoire douloureuse voire même criminelle qui dénatura et pervertît l'identité originelle ethnico-sociale d'Hommes LIBRES venus ou arrachés d'ailleurs. On pourrait soupçonner chez cet homme, des relents de déni d'humanité filiale pour les descendants d'anciens asservis. Saura t'il nous apprendre avec certitude que les sites villageois soninké furent établis exclusivement par ceux qui se croient les autochtones légitimes ?

Logiquement et dans la norme positiviste de choses, un avocat engagé digne de ce nom, devrait opter pour des réparations mêmes symboliques pour plus de cohésion sociale et fraternelle au lieu d'inciter à l'exclusion, à la séparation ou au refoulement. Sur le statut d'élu par exemple aspirant être maire, le petit parfum de progressiste qu'il a distillé ne trompe que les non avertis, connaissant l'interpénétration entre l'ordre féodal prégnant et la politique moderne à la sauce communautariste soninké. Espérons que notre oncle avocat mesure combien le statut de victime d'esclavage et toutes ses perturbations sociétales manifestées et transmises à travers le temps et l'espace, sont de loin les plus agressives atteintes à la DIGNITÉ d'un Être Humain. Aujourd'hui, vous le savez bien, ceux qui se délectent de vos propos tenus dans un passé récent , s'honorent par l'apologie d'un esclavagisme statutaire dans la communauté en instrumentalisant  d'éléments d'ascendance servile qui servent pitoyablement et tristement l'hermétique puzzle sociétal soninké. Au sein de ce dernier, les mythes ressassés  et les légendes interchangeables meublent le superflu pour soigner un monde plein des non-dits au détriment des RÉALITÉS HISTORIQUES.

Vos propos laissent une tâche douteuse sur votre réputation d'avocat défenseur des CAUSES JUSTES.

K.S

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir